La Covid-19 a laissé des séquelles sur l’économie mondiale. Dans un contexte de pauvreté généralisée, le continent africain n’a pas été épargné par les conséquences néfastes de cette pandémie. Bon nombre de dirigeants africains insistent sur la nécessité d’adopter des stratégies de relance économique, mais leurs réalisations se font attendre. Décryptage sur l’impact de la Covid-19 sur les pays africains.

L’Afrique : un continent riche avec des populations démunies

L’Afrique est connue pour ses richesses naturelles et ses ressources minières abondantes. Pourtant, un paradoxe subsiste : comment un continent aussi riche en ressources naturelles peut-elle être aussi instable économiquement ? La réponse réside dans la politique même des dirigeants Africains. L’héritage colonial est profondément ancré dans les mœurs politiques des pays d’Afrique. Les plans de développement sont calqués à ceux des grandes puissances. L’Afrique ne trouve pas le modèle économique qui peut amorcer son développement. C’est dans ce contexte historique que l’on peut puiser la problématique suivante : le continent africain peut-il se développer tout seul ?

La Covid-19 : le fardeau de trop ?

Sur le plan humain, l’Afrique recense le plus faible taux de décès. Pour 1 300 000 de cas confirmés, 34 000 décès ont été recensé dans le continent. Le pays le plus touché reste l’Afrique du Sud. Depuis le début de la pandémie, près de 17 000 Sud-africains seraient décédés dus à la Covid-19.

Malgré un taux de mortalité relativement faible par rapport aux pays occidentaux, la pandémie a néanmoins eu un grand impact sur l’économie africaine. Selon la BAD, 700 millions d’Africains devaient avoir un emploi en 2019, tout juste avant le début de la pandémie de la Covid-19. Pour 2020, il est attendu que près de 800 millions d’Africains aient une activité professionnelle formelle. Toutefois, avec la propagation de la Covid-19, près de 25 à 30 millions d’emplois pourraient être perdus d’ici fin 2020.

La nécessité d’un plan de relance économique

Pour inverser la tendance, la BAD a accordé une enveloppe financière à plusieurs pays pour appuyer la lutte contre la Covid-19 :

    • 142 millions de dollars pour la République Démocratique du Congo ;
    • 4 millions de dollars octroyés au Soudan du Sud ;
    • 41 millions de dollars accordés au Djibouti afin d’appuyer la riposte contre la pandémie ;
    • 25 millions de dollars pour la Somalie, en vue de créer un budget consacré à la lutte contre la pandémie ;
    • 98 millions de dollars au Rwanda, sous forme de prêt venant du Fonds Africain de Développement ;
    • 42 millions de dollars pour Madagascar pour financer le programme de lutte contre la Covid-19 ;
    • 40 millions de dollars au Malawi.

Les perspectives

Face à l’impact considérable de la Covid-19 sur l’économie africaine, des stratégies de relance s’imposent. Les secteurs les plus touchés (tourisme, hôtellerie, etc.) doivent bénéficier d’un appui fort de la part des classes dirigeantes. Des fonds de relance devraient être accordés au secteur privé afin qu’il puisse revitaliser ses activités. D’ailleurs, un tel appui favoriserait nettement la création d’emplois. Quant aux budgets de fonctionnement des États africains, une politique d’austérité au sein de l’Administration est fortement souhaitée. Cela permet entre autres d’éviter les dépenses inutiles.

Il faut rappeler que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a donné une révélation des plus inquiétantes. En effet, le monde devra s’habituer à la Covid-19. À défaut de trouver un vaccin qui saura inverser la tendance, les mesures de restriction et les gestes barrières devront être constamment appliquées. Toutefois, de telles dispositions peuvent provoquer une importante crise économique, constituant un grand frein à la relance économique de l’Afrique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *